Amazon soigne sa communication avant le résultat de l’enquête fiscale de Bruxelles

Amazon soigne sa communication avant le résultat de l’enquête fiscale de Bruxelles

Bookmark and Share

Hervé Hugueny / livreshebdo.fr

Le cybermarchand annonce la création de milliers de postes en Europe. Aux Etats-Unis, une étude fait le point sur les destructions d’emplois entraînées par les avantages fiscaux dont le groupe profite, comme en Europe.

Fuente original: Amazon soigne sa communication avant le résultat de l’enquête fiscale de Bruxelles | Livres Hebdo.

“Nous avons créé plus de 10000 nouveaux emplois en 2015 et prévoyons de créer plusieurs milliers de postes supplémentaires en 2016 à tous les niveaux d’expérience et de qualification. Ces recrutements couvriront des postes de linguistes ou spécialistes de la parole, d’experts en médias numériques, en passant par le recrutement de collaborateurs dans les centres de distribution et au service client“, annonce Xavier Garambois, vice-président retail d’Amazon EU SARL, la holding luxembourgeoise du groupe américain.

Distorsions de concurrence

Celui-ci fait l’objet d’une enquête de la Commission européenne concernant les avantages fiscaux accordés par le Luxembourg, considérés comme des distorsions de concurrence, entre les entreprises, ou les Etats membres de l’Union. Ouverte en 2014, ses résultats devraient être communiqués prochainement, après ceux concernant d’autres groupes visés pour les mêmes raisons.

Dans un effort de communication rare, Amazon déclare avoir investi depuis 2010 “plus de 15 milliards d’euros dans la logistique et les opérations en Europe”, et être implanté “sur plus de 80 sites: bureaux, centres de distribution, centres de service pour les vendeurs-tiers et les clients, mais aussi départements de recherche et développement et datacenters Amazon Web Services”.

En France, le groupe promet la création de 500 postes, qui vont porter les effectifs permanents à plus de 3500 personnes, selon l’AFP. Anticipant les constatations de l’enquête de la Commission européenne, Amazon a fermé et dissout en 2015 ses principales filiales françaises, les transformant en succursales de sa holding luxembourgeoise.

La Commission reproche au groupe de jouer sur les prix de transfert des prestations entre ses filiales, pour transférer ses bénéfices au Luxembourg dans une holding où ils ne sont pas taxés.

Destruction d’emplois et manque à gagner fiscal

Aux Etats-Unis, les concurrents d’Amazon sont aussi confrontés à une distorsion de la fiscalité, avantageant les entreprises intervenant uniquement sur Internet. Lors de son séminaire d’hiver, l’association des libraires américains (ABA) a rappelé les conclusions d’une étude récemment actualisée sur les conséquences de ces avantages fiscaux.

Le groupe a économisé pour la seule année 2014 quelque 625 millions de dollars (576 millions d’euros) de taxes et impôts locaux. Ramené à l’investissement dans des entreprises individuelles, ce serait “l’équivalent de 3215 commerces, qui auraient réglé 420 millions de dollars de taxes sur la propriété”, soit au total plus d’un milliard de dollars (921 millions d’euros) de manque à gagner pour les recettes publiques.

En terme d’emplois, une fois déduits ceux d’Amazon, la perte nette atteint près 136000 postes. L’enquête ne tient toutefois pas compte des emplois dans les entreprises utilisant la marketplace d’Amazon. Ceux-ci sont cependant fragiles, le groupe n’hésitant pas à investir massivement un secteur quand il s’aperçoit qu’il devient rentable, au vu des résultats réalisés par les utilisateurs de sa marketplace.

Etiquetado con:

Artículos relacionados

Deja una respuesta

Your email address will not be published. Required fields are marked *