Canada : la Grande bibliothèque fait la part belle au livre numérique

Bookmark and Share

Canada : la Grande bibliothèque fait la part belle au livre numérique.

Par Morgane Macé, le jeudi 23 août 2012 à 17:18:59 -

Les bibliothèques canadiennes expérimentent le livre numérique en partie en raison de la présence d’Overdrive et de la base de données EBSCO. Les deux compagnies ont largement facilité l’adoption d’infrastructures dédiées au prêt d’ebooks. Tous les mois, de nouvelles branches intègrent le système numérique. Aujourd’hui 21 % des bibliothèques du pays possèdent une stratégie de prêt numérique gratuit. 

 


Au premier trimestre 2012, le livre électronique représentait 28 % des prêts dans tout le pays. 59,4 % des lecteurs affirment avoir visité la bibliothèque au cours des 12 derniers mois, dont 19,4 % affirme fréquenter la Bibliothèque 2 à 3 fois par jours : physiquement ou en ligne.

La circulation numérique et son industrie ont connu une augmentation générale de 50 % de 2011 à 2012. En 2011 une enquête réalisée pour les bibliothèques urbaines du Canada a publié un rapport très encourageant, sur la durabilité de leur réseau, signalant une fréquentation en hausse de 45 %, en seulement une décennie. Les lecteurs sont plus que jamais assidus. L’un des facteurs directs est la création des groupes de lecture, Bookclubs et ainsi que l’aménagement d’espaces nouveaux qui accueillant les jeunes mamans, pour développer le goût de la lecture des enfants.

Beaucoup de grandes bibliothèques au Canada ont adopté une vaste stratégie numérique de pointe sur liseuses, tablettes et smartphones. Mais le Kobbo y est pour quelque chose dans cette réussite puisqu’il domine à 47 % l’ensemble du marché. Alors qu’en janvier 2011, la scène de l’e-reader était monopolisée par Amazon et Sony, qui est, entre temps, redescendu à la troisième place en janvier 2012.

Avec tout ça, la plus belle success stroy est attribuée à la Grande Biblliothèque de Montréal au Québec, dont les adhérents ont augmenté de 17 % en 5 ans. La bibliothèque à 147 millions de dollars, qui a ouvert en 2005, compte aujourd’hui 286 000 membres actifs et 3 millions de visiteurs annuels.

La clef du succès ? Être dans son époque, d’après son directeur Guy Berthiaume. 200 000 livres électroniques sont disponibles et des plans ont été mis à jour afin de retrouver son chemin dans les aléas du rayonnage, car, les bibliothèques n’ont pas prétention à devenir des labyrinthes.

Enfin, d’après le Goodereader, les bibliothèques canadiennes ont commencé à développer plus sérieusement l’utilisation de l’e-book, à partir de début 2010, lorsque la norme EPUB a été adoptée. Véritable coup de boost pour le format. En effet, avant celle-ci, les bibliothèques n’offraient généralement que les versions PDF de ses titres et n’avaient pas d’infrastructure spécifique pour les prêter à ligne.

Un seul obstacle manifeste, la «vieille garde», selon le terme inventé par les jeunes bibliothécaires, un succès qui se forge donc au creux d’une scission au sein de la profession de bibliothécaire.

Etiquetado con:

Artículos relacionados