Les bibliothèques britanniques en danger

Les bibliothèques britanniques en danger

Bookmark and Share

Par Agathe Auproux / livreshebdo.fr

Une enquête alarmante fait état d’une baisse du nombre de bibliothèques en Grande-Bretagne, qui s’accompagne d’une diminution de leur fréquentation et des fonds accordés.

Fuente original: Les bibliothèques britanniques en danger | Livres Hebdo.

Le rapport annuel sur les bibliothèques britanniques, publié le 9 décembre par le Chartered Institute of Public Finance and Accountancy (CIPFA), confirme une fois de plus l’état critique de la lecture publique en Grande-Bretagne. Entre 2014 et 2015, 106 bibliothèques ont fermé leurs portes au Royaume-Uni, qui compte désormais 3917 établissements.

La même tendance alarmante se retrouve sur le nombre de visites à l’année et dans les fonds accordés par le gouvernement. Depuis 2010 et l’élection de David Cameron en tant que Premier ministre du Royaume-Uni, l’enquête révèle que les visites en bibliothèques ont chuté de 14%. Sur la même période, le financement du gouvernement a été amputé de 180 millions de livres sterling (248,3 millions d’euros), soit une baisse de 16% en 5 ans.

En 2014-2015 seulement, c’est une coupe de 50 millions de livres (68,9 millions d’euros) dans le budget des bibliothèques qui est enregistré, avec des disparités régionales. Par exemple, si à Londres les fonds accordés baissent de 9%, ils augmentent de 3% pour le réseau de lecture publique du sud-est de l’Angleterre.

Rob Whiteman, le président du Cipfa qui a mené l’enquête, a affirmé dans des propos retranscrits dans le Guardian, qu’il reste “toujours de l’espoir“: “Le nombre de bénévoles a presque doublé sur les cinq dernières années. Des dizaines de milliers de personnes donnent désormais de leur temps pour s’assurer que survive ce précieux service public“, explique-t-il.

Si le bénévolat a effectivement augmenté considérablement l’année passée en enregistrant un bond de 19%, celui du personnel employé à plein-temps en bibliothèque a malheureusement baissé de 4%.

Etiquetado con:

Artículos relacionados

Deja una respuesta

Your email address will not be published. Required fields are marked *