Petites cuisines de l’indépendance culturelle

Petites cuisines de l’indépendance culturelle

Bookmark and Share

Petites cuisines de l’indépendance culturelle.

lternatif, underground, indie : dans l’univers culturel nombreux sont ceux qui portent en bandoulière leur “indépendance”. Mais de quoi s ‘agit-il au juste ? Des sociologues ont réuni des auteurs pour mener l’enquête. Ils sont rejoints en seconde partie par le dessinateur Killoffer.

Florence Cestac, La véritable Histoire de Futuropolis (Dargaud, 2007, p. 98)
Florence Cestac, La véritable Histoire de Futuropolis (Dargaud, 2007, p. 98) Crédits : Florence Cestac

A Paris, sur le boulevard Saint-Michel, se trouve le dernier disquaire généraliste de la ville. Un vrai disquaire, avec des vendeurs compétents et passionnés. Dans ce temple miraculeusement préservé, on a même vu réapparaître de très substantiels rayons vinyls. Je passe des heures dans ce magasin, j’en connais tous les recoins tant mon éclectisme musical me fait chaque fois traverser de long en large tous les étages. Demeure pourtant un mystère. J’écoute depuis quarante ans exactement ce qu’on désigne communément, lorsqu’on ne veut pas s’embarrasser de sous-étiquette, par le mot rock. Il m’est arrivé depuis presque aussi longtemps d’écrire sur ce genre musical. Disons que je pense m’y connaître un petit peu. Pourtant, la division principale qui organise le sous-sol de ce magasin demeure un mystère insondable. Jamais je ne sais si le disque que je cherche sera classé en “rock” ou en “rock indé”. Indé comme indépendant. Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? C’est la question que nous nous posons aujourd’hui à La Suite dans les Idées, en compagnie d’Olivier Alexandre, Sophie Noël et Aurélie Pinto, trois sociologues, qui viennent de faire paraître Culture et (In)dépendance. Les enjeux de l’indépendance dans les industries culturelles. En deuxième partie, ils sont rejoints par le dessinateur Killoffer, cofondateur et actuel directeur de la maison d’édition de bande dessinée L’Association et du journal Mon Lapin Quotidien.

Aurélie Pinto, Sophie Noël et Olivier Alexandre, sociologues
Aurélie Pinto, Sophie Noël et Olivier Alexandre, sociologues Crédits : Sylvain BourmeauRadio France
Killoffer, dessinateur, avec son Lapin Quotidien
Killoffer, dessinateur, avec son Lapin Quotidien Crédits : Sylvain BourmeauRadio France

INTERVENANTS

  • Sociologue, chargé de recherche au CNRS (Lip 6-CEMS/IMM)
  • sociologue, maître de conférences en sciences de l’Information et de la communication à Paris 13 (LabSic)
  • sociologue, maître de conférences en sciences de l’Information et de la communication à Paris 3-Sorbonne Nouvelle (IRCAV)
  • journaliste, producteur de “La Suite dans les idées” sur France Culture et professeur associé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Etiquetado con:

Artículos relacionados